Terriblement sec et passionnant: Il reste la poussière


Il reste la poussière, de Sandrine Collette


Ce roman a obtenu le prix des lecteurs 2017 et c'est juste!

Son sujet, le style et l'ordonnance de l'histoire rendent sa lecture totalement addict.

L'histoire

En Patagonie, c'est en Argentine, un petit garçon est poursuivi par trois cavaliers et jeté dans un buisson épineux...

Ça commence ainsi et ça ne cesse pas.

Implacable!

La mère assiste à ces exactions et reste muette: son petit est martyrisé par ses frères, c'est dans l'ordre des choses.

Elle mène son monde d'une main de fer, jamais un mot tendre, les cris et les coups sont les seuls moyens de communication dans cette famille.

Veuve d'un mari alcoolique elle est prise par le démon du jeu qui la mène à vendre l'un de ses fils.

Elle se bat contre "ce cochon de banquier" qui lui vole son argent, pense-t-elle et se réjouit des malheurs qui frappe la famille de cet homme.

Quand son fils, le plus jeune disparaît, la mère réagit ainsi:

"S'il est tombé, s'il a été tué et que les rapaces le dévorent déjà cela

ne sert à rien d'espérer.

Il y a suffisamment de mal tous les jours pour ne pas s'en créer en vain."

Un cœur de pierre dirais-tu? Et pourtant, la mère souffre, terriblement!

C'est un roman cruel d'une noirceur et d'une beauté intenses.

"La vie n'attend pas qu'on ait envie d'y mettre les mains"

dit la mère.

La forme

Nous changeons de point de vue à chaque chapitre à l'image

de ce monde en pleine mutation.

Ici, en Patagonie, les petits élevages sont remplacés par d'immenses

exploitations, sans espoir et sans retour en arrière possible.

Ce sont Rafaël, Mauro, la mère, Steban et Joaquim auxquels vient

s'ajouter le vieux qui font les titres des chapitres.

Ils racontent l'histoire par bribes, maintenant le suspens, chacun leur tour .

Nous changeons ainsi de point de vue en avançant cahin

caha au cœur du drame qui se noue peu à peu.

Autant de façons de dérouler le récit pour nous offrir une intense palette

d'émotions et nous maintenir scotché aux pages.

Dans ces steppes balayées par les vents, seuls les moutons tirent

leur laine du jeu et encore pas toujours.

Du grand roman noir!

J'y suis entré et je ne l'ai plus quitté!

Quelques extraits pour te mettre en appétit:

Rafaël

"Pour la première fois, il comprend que sa vie peut être autre, qu'il la tient

entre ses mains."

La mère

"La mère renifle avec mépris, tournée vers la ville.

Un sourire méchant aux lèvres. On dirait une gamelle prête à exploser..."

Le vieux

"Cela non plus il n'y croyait pas, qu'il tiendrait à son bout de peau avec

tant d'ardeur et de hargne..."

Sandrine Collette une auteure que je découvre, son nom te met en relation avec

sa page Facebook.

C'est certain, je commande le prochain roman: Les larmes noires sur la terre.

Grand merci à TOI qui m'a offert ce livre et m'a fait découvrir

cette merveilleuse auteure!

Merci d'avoir lu cet article concocté pour toi avec amour.

Si tu l'as apprécié, n'hésite pas à l'aimer, le commenter, le partager.

Pour échanger, c'est le bouton rose à droite.

Pour ne manquer aucun article du blog acoupdelles et le recevoir directement

dans ta boîte mail, pense à t'abonner, c'est le bouton rose à gauche.

À bientôt

Avec Amour

Clem

#Argentine #Patagonie #romannoir #SandrineCollette #acoupdelles #bouquin

© 2016 by acoupdelles. crée joyeusement avec Wix.com

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - Cercle blanc
  • Pinterest - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc