Reconnaître les cinq blessures de l'âme



Photo en noir et blanc tête de femme sont s'échappent des volutes de fumée
La blessure de l'âme est la verrue de l'enfance

" Guérir de ses blessures, c'est rebondir, pulvériser ces cailloux et en faire une poussière fine. "

J'ai rencontré Lise Bourbeau au cours de l'hiver 1997.

Deux jours de stage inoubliables dans la bonne ville de Strasbourg.

Cette rencontre fut un choc, à l'origine de mon évolution et de mon engagement à diffuser le bien-être au quotidien.

Nous nous sommes retrouvées dans la région nantaise.

Un stage de quelques jours, j'étais engagée.

Sa gentillesse, sa tolérance, sa compréhension de l'être humain et de ses souffrances sont autant d'étoiles dans mon ciel de développement personnel.

Pour écrire cet article, je me suis inspirée de son ouvrage devenu un best seller :

" Les cinq blessures de l'âme ".

Les blessures de l'âme sont profondes.

Elles jalonnent notre parcours de vie et font partie intégrante de notre nature humaine.

Pour nous en protéger nous inventons des masques protecteurs.

À chaque blessure correspond un masque.

Pour apprendre à le reconnaître et à vous en séparer il vous faut comprendre comment la blessure se produit et observer les conséquences physiques, intellectuelles et spirituelles sur votre âme.


dessins d'enfant représentant deux masques


Retour à l'enfance

Parcourons les quatre étapes qui vont de l'enfant naturel à l'adulte masqué

- 1ère étape : La venue au monde

Enfant, nous connaissons la joie d'être nous-mêmes.

Nous sommes la joie de vivre incarnée. Innocence et joie de vivre sont notre lot.

- 2ème étape : L'éducation castratrice

Si l'enfant agit sans tabou, il apprend vite de l'éducation qui le canalise et lui interdit d'agir à sa guise.

Il ne faut pas déranger le monde des adultes et celui des proches :

Être naturel n'est pas socialement correct.

- 3ème étape : La colère rebelle

La douleur provoquée par ces entraves entraîne un fort sentiment de colère.

Ce sont les crises de l'enfance et/ou de l'adolescence.

Elles sont provoquées par les limites imposées, vécues comme la négation de notre être profond.

- 4ème étape : La résignation

Plus de révolte, nous intégrons le peloton. et devenons ce que les autres veulent que nous soyons.


Femme accoudée devant trois masques

Cette résignation ne se fait pas sans heurt.

L'être, notre essence d'être réclame d'exister quelque part.

Ne pouvant la montrer, nous créons un masque de protection, masque de colère.

Colère et masque servent à nous protéger contre la souffrance engendrée.

Cinq blessures, cinq masques

Lise Bourbeau répertorie cinq blessures :

Rejet- Abandon- Humiliation- Trahison - Injustice

En reprenant la première lettre de ces cinq mots, Lise Bourbeau construit l'acrostiche :

T-R-A-H-I

Rejet et Abandon touchent directement à l'être, les trois autres blessures sont attachées au monde physique de l'avoir et du faire.

Elles sont toujours provoquées par un des parents portant la même blessure.

En réaction l'enfant, l'adolescent, l'adulte se construisent des masques.

Regardons de plus près chaque blessure, le masque créé en réaction et ses conséquences.



Silhouette du fuyant

1- Le rejet

Cette blessure est très profonde.

Elle atteint le droit même d'exister.​​

Provoquée dès la naissance par le parent du même sexe, elle fait porter le masque du fuyant.

Signes particuliers

Le fuyant s'exprime d'une voix éteinte et faible.

Il développe un corps étroit et mince qui n'aime pas danser.

Quand il s'assoie, il se fait tout petit sur sa chaise.

Il veut à tout prix atteindre la perfection dans tout ce qu'il fait ou produit.

Il recherche sans cesse l'amour du parent qui le rejette, en vain.

Le parent souffrant lui-même de cette blessure ne peut répondre à ses attentes.

Il montre un certain détachement vis-à-vis du matériel.

Il se nourrit par petites portions, son appétit étant coupé par les émotions.

Il développe des problèmes de peau par peur du contact et il est agoraphobe*.

Sa plus grande peur est de connaître la panique.

Silhouette du dépendant

2- L'abandon

Cette blessure s'éveille généralement quand un deuxième bébé arrive et/ou​​ quand les deux parents travaillent.

Le manque de nourriture affective va amener à porter le masque de dépendant.

Signes particuliers

Le dépendant s'exprime d'une voix plaintive aux intonations enfantines.

L'autorité lui fait peur.

Il aime les danses de contact et s'écrase sur sa chaise pour s'asseoir.

Son corps long et mince manque de tonus.

Ses yeux sont grands et tristes.

Il a la larme facile et le besoin de la présence des autres. Il choisit une alimentation composée d'aliments plutôt mous.

Sujet à l'asthme, il montre une faiblesse des bronches.

Son pancréas est fragile et il souffre fréquemment de myopie.

Sa plus grande peur est la solitude.


Silhouette du masochiste

3- L'humiliation

Cette blessure se produit entre un et trois ans et se vit le plus souvent avec le parent qui joue

un rôle nourricier.

L'enfant vit la honte.

Il a le sentiment de dégoûter ses parents et se crée le masque du masochiste.

Signes particuliers

Le masochiste aime beaucoup danser et en profite pour exprimer sa sensualité.

Son corps est rondelet.

C'est la blessure la plus difficile à reconnaître car les personnes qui en souffrent arrivent souvent à contrôler leur poids.

Il veut se montrer solide et performant au détriment de ses propres besoins.

Il porte volontiers le blâme et même celui des autres car il se sent facilement coupable.

Le blessé souffre fréquemment de maux de dos, de lourdeur sur les épaules.

Il se fait de la bile et la santé de son foie s'en ressent.

Il préfère les aliments gras et riches qu'il peut manger gloutonnement debout, en petites quantités.

Sa plus grande peur est la liberté.


Silhouette du contrôlant

4- La trahison

Cette blessure se produit entre deux et quatre ans avec le parent de sexe opposé.

Le complexe d'œdipe n'est pas résolu.

C'est le cas de la petite fille mise de côté par son père à l'arrivée d'un bébé garçon.

Pour se protéger, l'enfant se crée le masque du contrôlant.

Signes particuliers

Le contrôlant aime tout prévoir et contrôler. Adulte, il a du mal à déléguer.

Sa personnalité est forte tout comme sa voix.

Son caractère révèle une personne fidèle et responsable, très exigeante avec elle-même.

Aimant être regardé, il prend beaucoup de place.

L'homme aura un physique aux larges épaules, la femme se dotera de hanches larges.

Son regard est intense et séducteur.

Chaque manquement est vécu comme une lâcheté, une trahison car ses attentes sont grandes.

Il coupe souvent la parole à son interlocuteur et son humeur est en dents de scie.

De bon appétit, il mange rapidement et relève volontiers ses plats.

Il souffre d'agoraphobie, de spasmophilie, possède un système digestif affaibli.

Il est sujet aux maladies en ite et à l'herpès buccal.

Sa plus grande peur est la séparation.


Silhouette du rigide

5- L'injustice

Cette blessure se produit entre quatre et six ans avec le parent du même sexe vivant la même blessure.

Elle fait porter le masque du rigide.

Signes particuliers

Le rigide adopte une voix retenue aux intonations mécaniques.

Il danse très bien avec rythme malgré sa rigidité.

Son corps est droit, le plus parfait possible et bien proportionné.

Le regard est brillant et vivant.

Il est perfectionniste, envieux et se coupe de ses perceptions.

Très optimiste, trop parfois, il se masque la réalité des difficultés rencontrées pour lesquelles il rechigne

à demander de l'aide.

Sujet aux crampes, il sent la rigidité dans son corps.

Il ne respecte pas ses limites et le burn-out le guette.

Il connaît des problèmes de circulation du sang.

Son foie est malmené par une colère refoulée.

Il est nerveux et sujet aux insomnies.

Il ne veut pas voir l'imparfait et se crée des problèmes de vision.

C'est le premier à choisir le végétarisme pour essayer de bien équilibrer son alimentation.

Sa plus grande peur est la froideur.

Certaines de ces blessures résonnent en chacun.e de nous.

Dans ces descriptions, nous pouvons nous reconnaître, retrouver l'un de nos proches.

Cette prise de conscience est le premier pas vers le chemin de la guérison.

J'ai pu me reconnaître dans les blessures d'Injustice et de Trahison.

Quelles sont les vôtres ?

Découvrez les pistes pour sortir de vos blessures dans l'article :

" Comment soigner les blessures de l'âme " et découvrez comment inverser le processus et renouer avec votre Vrai Soi.

Merci à Lise Bourbeau inspiratrice de ce sujet qu'elle a nourri.

Portrait de Lise Bourbeau
Lise Bourbeau

*agoraphobe : Se dit d'une personne qui a peur des lieux d'où on ne peut s'échapper.

Cela s'étend aux situations qu'on ne peut contrôler.

Merci d'avoir partagé cet article du blog acoupdelles concocté pour vous avec Amour.

Si vous l'avez apprécié n'hésitez pas à le commenter, à le partager, à l'aimer.

Pour échanger, c'est le bouton rose à droite.

Pour ne manquer aucun article du blog, pensez à vous abonner.

Vous recevrez également la news quotidienne qui réfléchit la vie et votre cadeau de bienvenue.

À bientôt

Avec Amour

Clem

#masques #acoupdelles #LiseBourbeau #peur #blessure #bienêtre #quotidien #seconnaître #lesblessuresdelame