Comment soigner les blessures de l'âme


Dans la première partie, nous avons vu pourquoi et comment se construisent

nos blessures dans l'article: Reconnaître les cinq blessures de l'âmeSXLLM​

Dans la deuxième partie, inversons le processus et prenons le chemin

de la guérison.

Notre moi supérieur connaît nos vrais besoins pour vivre dans l'amour, le bonheur, l'harmonie, la paix, la santé, l'abondance, la joie.

Apprenons à lui faire confiance et avec son aide nous allons pouvoir envisager la guérison de nos blessures.


Notre corps ne ment jamais

Il reflète ce qui se passe aux plans émotionnels et mental.

Si la chirurgie esthétique parvient parfois à masquer certaines de nos blessures,

notre corps lui réclame et continue de manifester son mal-être.

De son côté, l'égo fait tout pour les occulter.

Il est convaincu qu'en y touchant nous ne saurons pas gérer la douleur reliée

à celles-ci.

C'est lui qui nous persuade de créer des masques pour éviter la souffrance.

Le masque correspondant à la blessure dominante sera celui que nous porterons

le plus souvent.

Un cercle vicieux

Plus nous attendons pour régler nos blessures, plus elles s'aggravent.

À chaque situation qui la touche et la met en évidence, une autre couche s'ajoute.

Plus elle s'aggrave, plus nous avons peur d'y toucher.

J'étais une personne très rigide et je voyais de l'injustice partout.

Bien sûr, j'étais fréquemment confrontée à des situations qui me faisaient revivre MXLLS​​

cet état vécu dans la souffrance.


Rencontrer sa ou ses blessures

Cela nous permet de regarder au bon endroit.

Il nous est indispensable de comprendre ces deux principes:

- Quelque soit la blessure dont nous souffrons, nous devenons dépendants

au niveau affectif. Nous ne nous aimons pas assez.

- Chaque masque est là pour nous indiquer que nous nous empêchons

d'être nous-mêmes.

Notre mission: vivre des expériences

Il est nécessaire d'admettre que notre raison d'être est de vivre des expériences.

Elles se présentent sans cesse jusqu'à ce que nous arrivions à accepter de les vivre

et à nous aimer à travers elles.

Tant qu'une expérience est vécue dans la non-acceptation, dans le jugement,

la culpabilité, la peur ou le regret, nous sommes attirées sans cesse pour

la faire revivre jusqu'à l'acceptation.

Ce que nous devons comprendre et apprendre:

- Reconnaissons ce qui est bénéfique pour nous et ce qui ne l'est pas.

Pour cela, nous disposons d'un seul moyen: être conscients des conséquences

de l'expérience, de nos décisions, de nos actes, de nos pensées.

- Notre égo est entretenu par nos croyances.

C'est lui qui nous fait croire qu'une situation est réglée pour éviter d'en affronter

une autre plus désagréable.

- Plus les blessures font mal, plus nous en voulons au parent que nous croyons

responsable.

- Lorsque nous accusons quelqu'un de quelque chose, cette même personne

s'accuse de la même chose!

- Plus une situation ou une personne nous fait souffrir, plus le problème vient de loin.

Ce que nous devons entreprendre pour aller vers la guérison

- Cessons de répéter la même erreur et admettons qu'il est nécessaire de changer.

- Cessons de reprocher aux autres ce que nous leur faisons et que nous faisons

à nous-mêmes

- Apprenons d'une expérience et jugeons-la légitime et bien-fondée.

Ce que nous devons comprendre pour devenir acteur de notre guérison


- Nous possédons un corps qui nous parle même si nous avons du mal à accepter

son intelligence.​​

- Nous sommes spécialistes pour trouver de bonnes raisons lorsque notre corps

change pour s'adapter et éviter la difficulté du changement.

- Nous choisissons de continuer à avoir peur de découvrir nos blessures et à

porter nos masques pour les cacher, espérant qu'elles disparaissent.

Pour les démarches de guérison, nous disposons de l'aide précieuse de notre

Moi Supérieur. Il nous guide vers les personnes et les situations nécessaires.

Elles nous permettent de grandir et d'évoluer.​​

Remercions la personne ou l'incident qui les provoque.

Elles nous permettent de voir que ce n'est pas guérit, d'en être conscients

et de se donner le droit d'être humain.

De prendre le temps nécessaire pour guérir.

La fausse guérison

Il est bon de se méfier des faux ressentis

Un exemple: Je fais un achat dont le prix me semble exorbitant.

Ce n'est pas parce que je me raisonne mentalement pour me convaincre que

je le mérite, que l'acceptation est vraiment faite.

Je dois sentir cet achat "juste" sans éprouver de culpabilité.

S'exercer pour guérir

L'humain croit en la punition comme moyen pour expier sa culpabilité.

En réalité, la loi spirituelle de l'amour affirme tout le contraire.

Plus nous nous croyons coupables, plus nous nous punissons en ajoutant la honte.

Nous nous accusons d'avoir blessé quelqu'un d'autre ou nous pensons mériter que

d'autres nous blâment.

Nous sommes sur le chemin de la guérison lorsque nous nous habituons à

reconnaître le nombre de fois où l'on est injuste envers les autres et surtout

envers soi-même au cours d'une journée.

"Il n'y a pas de méchants dans le monde mais des souffrants" dit Lise Bourbeau.

Ce n'est pas les excuser mais c'est apprendre la compassion.

"Comme des pelures d'oignon, nous avons plusieurs blessures:

Les différentes parties du corps sont impactées."

Avec le temps, nous développons un masque de contrôle et de force.

Celui du rigide cache la blessure d'injustice ou dissimuler la blessure originelle de rejet,

d'abandon ou d'humiliation.

Ex: La personne maso et rigide parvient à surveiller son poids pendant un certain temps.

Quand elle ne peut plus se contrôler, son corps grossit.

La blessure originelle peut apparaître.

Les masques tombent du plus récent au plus ancien à l'inverse de leurs formations.


En marche vers la véritable guérison

- Première marche

La principale cause d'une blessure est l'incapacité à se pardonner.

Notre première urgence est de tout régler avec nos parents. Nous leur en voulons, nous ressentons de la rancune, voire de la haine

que nous reportons sur les personnes rencontrées.

​​

Nous les accusons de nous faire mal.

Mettre en évidence leurs blessures et les comprendre est indispensable

pour nettoyer les nôtres.

Elles ne pourront être guéries qu'après un pardon véritable envers soi

et envers nos parents. Nous pouvons ainsi briser la chaîne de transmission des blessures familiales.

- Deuxième marche

Nous devons comprendre que nous ne pouvons changer une personne, seulement

éprouver plus de compassion.

Ceci est valable pour la personne que nous côtoyons et également pour nous-mêmes.

Nous devons nous souvenir que ce n'est pas ce que nous vivons qui nous fait souffrir

mais notre réaction provoquée par nos blessures non guéries.

- Troisième marche

Nous apprenons à prendre conscience des situations causes de souffrances et à les refuser.

Nous avons compris que plus nous avons peur, plus nous attirons des situations correspondantes

à cette peur.

Choisissons des situations où nous pourrons faire des choix.

La guérison se fait en inversant le processus

- Nous devenons conscients du masque que nous portons.

- Nous éprouvons de la révolte, nous ressentons de la résistance à accepter notre responsabilité.

- Nous nous donnons le droit d'avoir souffert, d'en avoir voulu à l'un de nos parents.

Nous ressentons de la compassion.

- Nous redevenons nous-mêmes.

Nous cessons de croire que nous avons besoin de porter des masques pour nous protéger.

- Nous acceptons que notre vie soit remplie d'expériences qui nous servent à apprendre

ce qui est bénéfique pour nous.

L'amour véritable est l'expérience d'être soi-même.

Pour conclure

Les efforts que nous faisons pour être quelqu'un d'autre nous font vivre des attentes.

Ce que nous sommes et ce que nous faisons doivent être la source de notre bien-être

et non les compliments, la gratitude, la reconnaissance et le soutien qui nous viennent

des autres.

Soyons nous-mêmes c'est la mission de notre vie.

Remerciements à Lise Bourbeau l'inspiratrice de ce sujet.

Merci pour avoir lu cet article du blog acoupdelles concocté pour toi avec Amour.

Si tu l'as apprécié, tu peux le commenter, le partager, l'aimer.

Pour échanger, c'est le bouton rose à droite.

Pour ne manquer aucun article du blog et le recevoir directement dans ta boîte mail

pense à t'abonner, c'est le bouton rose à gauche.

À bientôt

Avec Amour

Clem

#blessure #expériences #acoupdelles #guérison #âme #masque #LiseBourbeau #seconnaître

© 2016 by acoupdelles. crée joyeusement avec Wix.com

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - Cercle blanc
  • Pinterest - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc