Isabelle et Harriet: deux femmes d'exception


Elles sont plus ou moins connues de nous.

En écrivant l'Histoire, elles ont changé le cours de nos vies.

Elles ont mené les combats pour améliorer notre destinée.

Elles sont des exemples de courage, de ténacité, de grandeur.

Dans le domaine de la pensée, elles ont su faire entendre leur voix et

défendre la nôtre.

Retrouvons-les chaque mois dans nos "Histoire de vies".

Isabelle de Charrière, une femme moderne

1740 - 1805


"Je n'ai aucun talent pour la soumission"

Une aristocrate éduquée

Isabelle est née Isabella Agnetta Elisabeth van Tuyll van Serooskerhen.

Elle voit le jour aux Pays-Bas dans une famille de l'aristocratie néerlandaise.

Isabelle bénéficie d'une excellente éducation, fait plutôt rare pour les femmes de son époque. Elle étudie le français, l'italien, la physique et les mathématiques.

La jeune femme est moins motivée pour les travaux d'aiguilles.

En 1771, elle épouse Charles-Emmanuel de Charrière.

Le couple s'installe en Suisse.

Isabelle commence à écrire et pour cela elle choisit le français.

Elle se sert de sa plume pour combattre les conventions sociales, pour critiquer la noblesse,

pour dénoncer les inégalités de classes et le statut inférieur des femmes.

Isabelle de Charrière fait connaître ses idées par ses ouvrages, à travers ses lettres,

dont certaines resteront secrètes.

Une démarche scandaleuse pour l'époque, ses correspondants sont souvent des hommes mariés.

Son idée force: Relativiser les principes

Isabelle affirme que les principes sont importants mais qu'il faut tenir compte des réalités

dans les choix que nous faisons.

Un roman au souffle du siècle des lumières

La jeune femme écrit "Trois femmes" paru en 1775.

Elle y décrit trois françaises émigrées en Allemagne pour fuir la Révolution française.

Fait nouveau et incroyablement moderne pour l'époque: ces femmes gouvernent

leur vie en prenant des décisions à la convenance de leur bien-être.

Peu importe les principes moraux.

Seul compte ce qui est le mieux pour elles et leurs proches, selon les circonstances.

Passé à la moulinette de l'oubli, la suite du roman sera éditée en 1981!

Des remises en cause de taille

Isabelle remet en cause des philosophes comme Emmanuel Kant* qui donne la priorité

aux principes quelque soit la situation.

À la mort de sa mère, elle refuse la prise en charge de la maison familiale.

Elle s'insurge contre les conventions sociales qui incombaient cette charge uniquement

aux femmes.

Son refus lui vaudra d'être choisie, deux cents ans plus tard comme égérie du mouvement

féministe aux Pays-Bas.

Musicienne, Isabelle de Charrière est également l'auteur de livrets d'opéra.

*Emmanuel Kant: Philosophe allemand né en 1724, décédé en 1804

Harriet Taylor Mill

1807 - 1858

"La liberté est le plus grand besoin humain après la nourriture et les vêtements."


Une enfance anglaise

Harriet est née dans le sud de Londres.

Elle a une sœur et cinq frères qu'elle ne fréquentera guère.

Pour échapper à un père tyrannique, elle épouse John Taylor à l'âge de dix-huit ans.

Un choix difficile

Quand Harriet rencontre John Stuart Mill, elle est mariée, mère de trois enfants en bas âge.

Elle ne veut pas rendre sa famille malheureuse.

Elle mène une double vie et attend des années avant de prendre sa liberté et de légaliser sa liaison avec John.

Quand son mari décède, elle patiente encore deux années avant de concrétiser sa

nouvelle union.

Harriet revendique les mêmes droits pour tous

Son idée-force:

Chacun a droit au développement et à l'éducation.

Chacun a le droit de vivre dans une société offrant bonheur, prospérité et le moins

de souffrances possibles.

"L'affranchissement des femmes" 1851 est le plus connu des travaux publiés sous son

propre nom.

Il fait référence au droit de vote des femmes et à l'abolition de l'esclavage. Cet essai a largement influencé les mouvements féministes en Europe et aux États-Unis.

Elle y considère la liberté individuelle comme essentielle et ne devant jamais nuire à autrui.

Une compagne, une collaboratrice

Harriet collabore étroitement avec John Stuart Mill* pendant les sept ans de leur union.

Ses idées se retrouvent dans le travail de son second mari, philosophe britannique.

Elle est coauteure de "De la liberté" qu'ils écriront à quatre mains.

Son apport à ses écrits n'a fait qu'augmenter au fil du temps.

Ils mènent le même combat pour une société idéale avec des droits égaux pour tous

et pour les deux sexes.

Elle décède en 1858 d'une maladie pulmonaire à Avignon.

*John Stuart Mill: Philosophe, logicien et économiste britannique

né en 1806 et décédé en 1873

Retrouve d'autres femmes qui ont changé nos vies dans les articles du blog

Une Simone peut en cacher une autre, histoire de vies

Maria Montessori une éducatrice hors norme

Marie Curie: Chimie et Spiritisme

Merci d'avoir lu cet article du blog acoupdelles concocté pour toi avec Amour.

Si tu l'as apprécié, n'hésite pas à l'aimer, le commenter, le partager.

Pour échanger, c'est le bouton rose à droite.

Pour ne manquer aucun article du blog et le recevoir directement dans ta boîte mail

pense à t'abonner, c'est le bouton rose à gauche.

À bientôt

Avec Amour

Clem

#femme #moderne #liberté #féminisme #droit #bienêtre

© 2016 by acoupdelles. crée joyeusement avec Wix.com

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - Cercle blanc
  • Pinterest - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc