Pourquoi les régimes sont inefficaces par acoupdelles



État des lieux

J'ai le sentiment d'avoir suivi des régimes toute ma vie.

Plutôt ronde à l'adolescence, j'ai découvert stupéfaite le corps d'une personne

qui ne répondait en rien aux canons de beauté en vigueur.

Des années de lutte contre moi-même se sont succédées.

Navigant entre régime-privation et excès de nourriture.

Le terrible yo-yo.

Le pic de ma prise de poids fut au moment où mon père tomba malade.

J'étais loin de lui et très inquiète.

L'angoisse ne me quittait pas et la nourriture me servait de refuge.

Tout y passait, même les aliments pour lesquels je n'avais habituellement aucune attirance.


J'avais l'impression d'être un aspirateur à nourriture, un estomac sans fond.

Des tentatives, des échecs, une réussite

Comme bon nombre d'entre vous j'ai essayé toutes sortes de régimes.

Du régime protéiné à celui des œufs-pamplemousse en passant par la case Weight Watchers.

Et ce dernier n'est pas le pire.

J'ai été animatrice de réunions destinées à perdre du poids.

Il m'arrivait de rêver que des enzymes gloutons attaquaient la graisse et faisaient fondre mes kilos

pendant mon sommeil!

Puis j'ai commencé à travailler sur moi, sur mon mental, sur mon corps.

Hygiène vitale et relaxation sont devenues mes compagnes.

Je suis devenue animatrice conseillère en perte de poids pour mon compte.

J'étais plutôt ronde et en devenir.

La transformation se mettait en marche.

Cette démarche reste la mienne et ça fonctionne plutôt bien.

Les quatre erreurs qui nous pourrissent la vie

Erreur numéro un: la dictature de la balance


La pesée quotidienne est une habitude perdant-perdant.

Son résultat détermine notre humeur du jour et même la quantité de prise de nourriture.

Si le résultat est décevant, le découragement nous guette.

C'est, la plupart du temps, la débâcle alimentaire, le "à quoi bon!".

Si le résultat est encourageant nous nous sentons d'attaque pour poursuivre nos efforts.

Nous acceptons de nous priver, nous pensons que ça en vaut la peine.

La balance nous traumatise en régentant notre quotidien!

Lorsque j'étais animatrice pour Weight Watchers, j'étais pesée lors de contrôles mensuels.

Les jours précédant la pesée, mon régime était strict, tellement strict que je faisais des provisions

pour compenser les privations.

Je remplissais un tiroir de gâteaux et autres aliments interdits pour après...la pesée.

Tordu non?

Erreur numéro deux: Compter les calories

Lorsque nous comptons les calories nous transformons les repas en exercice de calcul mental.

Nous faisons fi de nos besoins, nous devenons une calculette.

Nous faisons fi de notre ressenti, de la notion de plaisir.

Nous ignorons la valeur nutritionnelle des aliments au profit de leur valeur calorique.

Ça n'a rien à voir!

Erreur numéro trois: Croire aux pilules et aux boissons magiques

Elles sont nombreuses et elles fleurissent dès que pointent les beaux jours.


Ce sont les pubs produites par les marchands de rêves.

Elles vantent et nous vendent d'incroyables produits pour perdre du poids.

Magique!

Aucun effort à fournir, on ne change rien à son alimentation.

La pilule ou la boisson fait tout!

La plupart du temps nous faisons cet achat compulsif au cours d'une déprime alimentaire.

Nous avons besoin d'une bonne excuse pour faire une pause.

Nous attendons l'arrivée du produit qui va résoudre le problème en mangeant sans nous priver, enfin!

C'est un temps de repos que nous nous accordons quand rien ne va, que l'effort est insurmontable.

Quand c'est le ras-le bol des privations.

Bien sûr ces pilules, ces boissons n'ont aucun effet excepté celui d'alléger notre porte-monnaie.

Erreur numéro quatre: Un pavé dans la mare

Je ne sais pas identifier la faim émotionnelle

La nourriture est notre réconfort.

Nous avons toutes à l'esprit les images de ces héroïnes de ciné.

Bridget Jones se réfugiant dans la nourriture pour calmer sa peur de la solitude.

Dans le Grand Bleu, Johana calme ses incertitudes amoureuses dans la crème glacée.

Une crème qui ne résout rien mais qui attire irrésistiblement.

La nourriture devient un paravent, une muselière.

Faire face aux épreuves n'est pas toujours facile.

Notre santé physique et mentale en prend un coup.

En situation de deuil, de divorce, lorsque nous éprouvons des sensations négatives comme l'angoisse,

l'anxiété ou simplement l'ennui, nos émotions ont besoin d'être alimentées.


Stressées, en colère ou tristes, la nourriture est notre doudou émotionnel.

Cependant, elle ne remplit pas notre estomac.

C'est la faim compulsive.

Ça nous arrive à toutes, c'est dans notre nature mais cela devient un problème quand la nourriture est

le seul moyen trouvé pour gérer nos émotions.

Depuis l'enfance

C'est une habitude acquise.

Bébé, nos pleurs étaient stoppées par la prise de lait.

Plus grands, c'est une sucrerie qui console nos peines d'enfant.

Ainsi nous construisons un schéma subconscient: nourriture-émotion.

Manger devient synonyme de réconfort, de récompense, de joie.

Lorsque j'étais enfant et même plus tard à l'âge adulte ma mère avait l'habitude de nous servir abondamment.

"Si tu m'aimes, tu dois tout manger" ou "Si tu m'aimes reprend de ce plat, qui m'a donné beaucoup de travail"

Amour -pression gavé de bonnes intentions, tout est là pour pervertir les liens qui relient le corps à l'esprit.

Ce schéma s'active en cas de dépression.

Quand nous comblons un vide en cas d'ennui, de colère par exemple, nous ne pouvons affronter certains sentiments

excepté par la prise de nourriture.

Cette attitude doit nous alerter.

Un cercle vicieux

Manger sans avoir faim entraîne la prise de poids, la prise de poids génère encore plus d'angoisse qui amène à plus de nourriture.

Comment échapper à cette spirale infernale qui nous plombe?

Des solutions vous attendent dans la deuxième partie.

Des solutions pour mettre les régimes au rancart par acoupdelles

Retrouvez les pistes pour échapper à cette spirale infernale et ne plus être esclave de vos émotions.

En bonus le diaporama des messages inspirants: "Ton corps dit"

Merci pour le partage de cet article du blog acoupdelles concocté avec Amour.

Vous pouvez l'aimer, le commenter, le partager.

Pour échanger, c'est le bouton rose à droite.

Pour ne manquer aucun article du blog et le recevoir dans votre boîte mail

pensez à vous abonner, c'est le bouton rose à gauche.

À bientôt

Clem

#régime #acoupdelles #réussite #échec #erreur #nourriture #enfance #Conseilsforme

© 2016 by acoupdelles. crée joyeusement avec Wix.com

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - Cercle blanc
  • Pinterest - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc