Des solutions pour mettre les régimes au rancart par acoupdelles



Les régimes sont inefficaces.

Seul le changement de comportement peut apporter une réponse valable.

Faisons un tour du côté des solutions qui marchent

J'en ai assez de me priver, de passer ma vie au régime!

Je ne suis pas éligible pour le by pass ou la réduction de l'estomac!

Je dis non aux coupe-faim et autres pilules qui polluent mon corps!

Une seule solution: se prendre en mains, en douceur et avec fermeté.


Je commence ICI et MAINTENANT.

Pas lundi ni en début de mois.

Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise date pour commencer.

Action numéro UN

Faire un bilan

Je fais le point et j'élimine toutes les causes pouvant être à l'origine de la prise de poids

ou de la difficulté à en perdre.

Je peux ainsi déterminer si mes fringales sont la cause de carences.

Je chouchoute mes intestins: je renforce leur fonctionnement avec l'apport de probiotiques*.

Action numéro DEUX

Apprendre à se connaître pour faire la différence entre besoin physique et émotionnel

"J'ai faim!"

La vraie faim tiraille l'estomac, il gargouille.

Nous ressentons une baisse d'énergie qui nous affaiblit et peut même nous étourdir.

Notre instinct nous oriente vers des aliments variés et nous pouvons nous arrêter de manger

lorsque nous avons le ventre plein.

Nous ressentons le bien-être sans culpabilité.

La faim émotionnelle nous place dans l'urgence.

Le besoin de la satisfaire devient une obsession qui occulte tout le reste.

Nous nous jetons sur des aliments sucrés et/ou gras tels que les pizzas, les biscuits, les chips, le chocolat.

Nous en oublions de mâcher et même de respirer.

Puis survient la culpabilité, écœurées, nous nous sentons encore plus mal qu'avant.

Que nous arrive-t-il?

Nos émotions font baisser le taux de sérotonine* et de dopamine*.

Nous avons besoin de le faire remonter pour éprouver une sensation de plaisir.

C'est la pulsion qui compense l'angoisse, le mal-être.

Comment faire la différence entre besoin physique et émotionnel


Combattre la faim compulsive

1- Se munir d'un journal: nourriture/humeur

Je note les moments, les circonstances de prises de nourriture.

Lorsque je me suis ruée sur le paquet de chips que c'était-il passé auparavant?

Contrariété, frustration, colère sont des émotions qui génèrent la prise intempestive de nourriture.

2- Réfléchissons un instant quand nous prenons la direction du placard à gâteaux.

- Est-ce que j'ai faim?

La tentation est forte et je peux y céder, je ne m'impose aucun interdit.

Et si j'attendais un instant? Juste le temps de la réflexion pour appliquer ce qui suit.

3- Identifier le déclencheur émotionnel, le comprendre, l'accepter

Pour cela la respiration, la solution incontournable.

Quelques respirations profondes accompagnent notre réflexion.

"Quelle émotion est la mienne à l'Instant Présent?"

"Qu'est-ce qui l'a déclenchée?"

"De quoi ai-je vraiment besoin?

4- Affronter notre émotion qui pousse à la pulsion nourriture et à la débâcle alimentaire.

Faire une liste de ce que nous pouvons faire pour satisfaire le besoin énoncé:

- Un bain moussant


- Une séance de massage

- Une promenade

- Une séance ciné

- La lecture d'articles motivants

Ce n'est pas facile au début, il faut accepter que cela ne fonctionne pas à tous les coups.

Il s'agit de changer la réponse à la pulsion de prise émotionnelle de nourriture.

Soyons patiente avec nous-mêmes et dirigeons-nous vers des plaisirs simples.

Action numéro TROIS

Rien ne sert de se brimer, il faut manger à point

"Notre corps sait car notre corps sage"

Notre prise alimentaire débridée nous coupe de nos sensations physiques.

Les sollicitations nombreuses inondent nos écrans.

Elles nous incitent à consommer encore plus tout en montrant des corps féminins impeccables.

Les pilules et les crèmes magiques se multiplient aux beaux jours et les régimes miracles les suivent.

La culpabilité fait rage et nous ne savons plus à quelle alimentation nous vouer.

Action numéro QUATRE

Légère dans sa tête, légère dans son corps

Apprendre à se voir différemment pour apprendre à s'aimer, enfin!

C'est de l'ordre de la puissance de l'acceptation.

Pour changer il faut d'abord s'accepter telle que l'on est.

Notre corps est ainsi en ce moment et il est difficile de le changer en un tournemain.

Pour un véritable changement, il nous faut apprendre à dialoguer avec lui en douceur.

Cessons de nous fustiger en nous affublant de noms d'oiseaux!

La légèreté, c'est d'abord un état d'esprit.

Action numéro CINQ

Entreprenons une activité douce comme la marche, des séances de yoga ou de pilates*.


Trouvons du temps pour prendre soin de nous.

Les astuces acoupdelles

- Désintoxiquer nos placards pour nous désintoxiquer

Pour un double effet:

- Éviter la prise de poids par l'apport d'une nourriture à portée de mains, trop facile d'accès.

- Mettre en place une meilleure gestion de notre budget

1- Ne pas accumuler d'aliments

Pas de réserve.

Évitons les provisions faites pour les enfants, fuyons les goûters terriblement riches.

2- Vider les placards et limiter les aliments transformés

Rayon huiles, ne conserver que les huiles de colza, de coco, de noix et d'olive bien sûr.

Rayon sauces, éliminer les sauces toutes prêtes bourrées de sucres ajoutés.

Rayon gâteaux, exit les biscuits, les brioches et autres petits pains grillés.

Bienvenue aux amandes, aux noix et graines de toutes sortes.

Vive le chocolat noir à 80% minimum.

Mettons des molécules de bonheur dans notre assiette.

3- Vider le congélateur

Offrez les plats tout prêts, les glaces qui colonisent votre congélateur.

Remplacez-les avec des légumes bio congelés après récolte, de petits fruits rouges.

Optez pour des aliments sains, à faible valeur nutritive.

Toute la maisonnée s'en trouvera mieux.

4- Ne négligeons pas les activités-récompenses

Le ciné, le théâtre, les concerts, le musée sont autant d'occasions de nous faire plaisir.

Prenons un moment pour lire, pour mettre en route un nouvel apprentissage.

"La nourriture est un aliment, pas une thérapie"


Une autre vision de soi pour faire le plein d'amour

Au fur et à mesure, avec le temps et les mesures mises en place, j'ai appris à apprécier d'avoir faim.

De manger librement sans ressentir de sentiment de privation ou de culpabilité.

Adieu régimes! Bye bye privations!

Mes goûts ont changé peu à peu et m'ont conduite naturellement vers des aliments sains.

J'ai appris à me regarder avec bienveillance, sans jugement ni comparaison.

Cela prend du temps pour devenir une femme libre.

* Probiotique: Ensemble de micro-organismes utile à la flore intestinale

* Sérotonine et dopamine: neurotransmetteurs dans le système nerveux central en lien avec le système digestif

* Pilates: système d'activité physique qui met l'accent sur les muscles profonds

Pour une mise en bouche, retrouvez l'article précédent: Pourquoi les régimes sont inefficaces par acoupdelles

En bonus, retrouvez le diaporama des messages inspirants sur le thème des régimes "Ton corps dit"

Tous les articles du blog acoupdelles peuvent vous soutenir dans votre démarche, en voici quatre en lien direct

- Jeux de mains pour notre bien-être au quotidien pour retrouver le contact avec son corps

- La grande Détox de Printemps pour se sentir mieux toute en légèreté

- Nos émotions: petit lexique du quotidien pour comprendre et agir

- Mes basiques: la pratique bienfaisante du yoga pour se relier au corps

Merci pour le partage de cet article du blog acoupdelles concocté pour vous avec Amour

Vous pouvez le partager, le commenter, l'aimer

Pour échanger, c'est le bouton rose à droite

Pour ne manquer aucun article et le recevoir directement dans votre boîte mail

Pensez à vous abonner c'est le bouton rose à gauche

À bientôt

Clem

#régime #solutions #acoupdelles #action #émotions #faim #besoin #Conseilsforme

© 2016 by acoupdelles. crée joyeusement avec Wix.com

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - Cercle blanc
  • Pinterest - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc