Maureen, dame nature au quotidien par acoupdelles



Une femme en devenir, déterminée à suivre sa route

Une belle rencontre

J'ai rencontré Maureen au salon du bien-être et de la biodiversité à Nérac,

superbe ville nichée en pays d'Albret*.

J'ai été impressionnée par la douceur et la détermination d'une femme

qui sait ce qu'elle veut.

Petite graine

Maureen est née en Région parisienne, à Vitry sur Seine.

Elle est un doux mélange de Normandie, de Bretagne et de Russie.

Elle vit ses sept premières années en HLM* dans le val de Marne puis la famille déménage

à Gif sur Yvette.


Elle y découvre la nature au quotidien, une belle aventure commencée en Normandie.

Toute petite, elle est fascinée par la culture amérindienne.

En pépinière

Maureen a peu de souvenirs d'enfance avec ses parents.

Son père est passionné de billard et d'informatique.

Sa mère partage avec sa fille la passion du cinéma, elles regardent ensemble la dernière séance*.

Agatha Christie les unit autour de ses romans policiers.

Pourtant, Maureen aurait souhaité des parents plus présents.

Petite fille, elle manque de tendresse, le corps a du mal à s'exprimer.

Elle développe une grande colère.

Elle se plait à rêver, observer les jeux de lumière dans son bain, dans la semi pénombre

de la pièce.

Elle m'a confié aimer ces douces rêveries dans une dérive sécurisée.

Elle est fascinée par l'orage qui pourtant l'effraie.

La peur de mourir peuple ses cauchemars.

Ne l'ayant pas appris enfant, il lui a fallu apprendre à dire "Je t'aime".

Une croissance difficile et des rêves

Des difficultés scolaires apparaissent à partir de l'âge de sept ans.

Sa scolarité se révèle laborieuse.

Un sentiment d'injustice s'installe chez l'enfant qui ne comprend pas les exigences du père

et son énervement devant sa lenteur de compréhension.

Maureen a un rythme d'apprentissage lent.

Un manque de confiance en soi s'installe qui la suivra longtemps.

Très tôt attirée par la culture amérindienne, son film culte est"le dernier des mohicans",

elle rêve de rencontrer une tribu pour partager sa connexion avec la nature

et sa connaissance de la place de chacun.

C'est de là que lui est venue l'envie de soigner avec les plantes, sans passer par

"le bourrage de crâne d'une formation en pharmacie" dit-elle.

Semer les bonnes graines

Maureen rencontre une professeure de français.

Attentive celle-ci l'envoie consulter une orthophoniste qui la suivra de la 5ème à la 3ème.

Tout est passé en revue: la prononciation, l'ordre des mots.

Ses notes s'améliorent.


Une deuxième orthophoniste lui permet d'obtenir un tiers temps pour ses examens et elle obtient

une licence en biochimie.

"J'avais envie de connaître le fonctionnement du vivant".

En friche et en jachère

Après l'obtention d'une licence en biologie, elle établit un dossier en cosmétique bio qui sera refusé.

Elle décide alors de s'orienter vers la naturopathie.

Commence une première aventure de seize mois soutenue par sa grand-mère paternelle

qui offre le coup de pouce indispensable pour financer ses études.

Sous serre

Son diplôme en poche, Maureen cumule les petits boulots.

Dans une boutique bio, elle donne des conseils, distribue ses cartes professionnelles

sans grand succès.

Ses collègues d'études quant à eux décollent et elle décide de travailler sur elle-même

pour déterminer ce qui la freine.

Elle a besoin de se sentir légitime, d'être reconnue dans l'exercice de sa profession.

Elle tente alors un BTS en diététique.

Elle abandonne rapidement, cette formation ne correspond pas à ses valeurs profondes.

Malgré l'avis d'une de ses profs: "La naturo c'est dangereux" affirme-t-elle, Maureen se lance

dans des études en alternance:

- deux jours d'école, trois jours représentante en compléments alimentaires.

Elle tient le rythme pendant une longue année.

Si le boulot ne la satisfait pas, elle y fait des rencontres passionnantes: énergéticien, magnétiseur...

"Une année costaud" dit-elle.

Elle s'ouvre à l'énergétique et cela lui donne envie de travailler sur elle-même.

Elle entame une thérapie épaulée par une sophrologue en mémoire prénatale.

Le masque tombe, c'est l'éclosion


Maureen fait un détour du côté de l'enfance.

Elle travaille deux ans auprès des petits et se reconnecte à son enfant intérieur.

Elle retrouve le beau, la joie de vivre, la spontanéité.

Puis elle se forme à l'enseignement Steiner*.

Elle exerce dans l'une de ces écoles qui accueillent les enfants de trois à six ans, dotées

de petites maisonnettes tout équipées.

Un événement fâcheux met fin à cette période.

En colère, Maureen prend conscience de la différence entre idéologie et mise en pratique.

Et cela déclenche un œdème eczémateux.

Le corps, son fidèle ami parle et le fait violemment en exprimant la cohérence entre l'être

et son expression.

Maureen a peur de ne plus retrouver son visage.

C'est l'expérience de la tombée du masque.

Cet oedème revient à chaque fois que son attitude ou son discours manque d'authenticité.

C'est ainsi que son corps lui parle.

Biodiversité

Il y a trois ans, Maureen rencontre Nicolas.

Par un soir d'orange, un coup de foudre les réunit.

Proche des enfants, lui aussi, il est loin de la vision stéréotypée qu'elle pouvait en avoir.

Elle réalise que c'est l'homme de sa vie.

La peur de souffrir tombe devant cet homme qui sait ouvrir son cœur.


Plein champ

Maureen se sent protégée par ses lignées de femmes, ses anges de lumière.

Elle évolue dans sa maison de Moncrabeau, près de Nérac où elle organise le Jeu du Tao,

jeu de société qui a pour visée le développement personnel collectif.

"Chaque personne présente une question: c'est sa quête.

Elle navigue dans le monde des quatre éléments.

Elle répond à une question oralement, les autres personnes donnent un retour

de leur ressenti, sans juger."

Maureen participe également au rituel des "tentes rouges"*:

- Cercles de femmes se réunissant autour de la pleine lune, sous une tonnelle rouge constituée

de voilages, de tissus, de tapis.

Un lieu de partage pour se reconnecter à son féminin.

Près de Toulouse, elle participe à un "cercle de femmes".

Il regroupe treize femmes qui souhaitent se reconnecter à leur féminin sacré.

Elles représentent les treize mères originelles.

Toutes les facettes de l'énergie féminine sont représentées.

Maureen y retrouve beaucoup de l'énergie de la petite fille.

Elle expérimente la Cérémonie du Tiyoweh* qui lui permet de revivre sa naissance.

Elle la décrit comme la tempête de l'âme, une aventure passionnante au cours de laquelle

elle se connecte à d'autres chemins pour exprimer l'Amour.

Enracinement


Le couple vient d'emménager dans la maison de Moncrabeau.

Maureen fait la paix doucement avec elle-même, avec les croyances et les mémoires

du transgénérationnel.

Elle peut maintenant exprimer à ses parents ce qui la fait vibrer et les prendre dans ses bras

pour leur dire "je t'aime".

"Les enfants élèvent leurs parents" précises-t-elle.

Une expérience récente lui a montré l'importance de poser des limites même avec ses amis.

Elle a pu dépasser la peur d'être abandonnée et mal jugée.

Récoltes futures

Avec le temps Maureen apprend à se positionner, à mettre ses limites et à savoir dire NON.

Accompagnée d'un thérapeute en mémoire cellulaire, elle évacue la colère de la petite fille,

libère l'émotionnel qui plombe la vie.

Les vibrations ont changé et les projets se mettent en place:

- L'autonomie grâce au potager qui va être créé

- Le développement de ses activités de naturopathe

À bientôt pour la suite Maureen.

Côté jardin

J'aime les lectures de développement personnel, confie-t-elle


Son animal totem

"La chouette effraie met en lumière la vérité des choses et leur authenticité.

Elle me renvoie à la liberté intérieure, la force tranquille.

C'est un animal d'une grande beauté, plein de grâce.

Elle est la protectrice de la nuit." dit-elle.

Les conseils de Maureen

- Écouter son corps, il nous parle et nous envoie les messages pour être authentique

- Mettre en accord actes et pensées

- Prendre conscience que le changement vient de l'intérieur

- Se nourrir de positif

* La dernière séance, émission hebdomadaire télévisée des années 90 présentée par Eddy Mitchell

* Pays d'Albret: province de Gascogne

* HLM: Habitation à Loyer Modéré

* Steiner: Rudolf Steiner-Warldorf a donné son nom à la pédagogie Steiner destinée aux enfants de 0 à 21 ans.

* Le jeu du tao a pour but d'aider les autres à réaliser leur souhait

* La tente rouge livre écrit par Anita Diamant, lieu de rencontres de femmes qui traitent de sujets intimes

(tirée d'un fait biblique romancé: les femmes de Jacob)

* Tiyoweh: cérémonie de passage pour entrer dans l'état de quiétude

Merci pour le partage de cet article du blog acoupdelles concocté pour vous avec Amour

Pour le partager, le commenter, l'aimer, c'est le bouton rose à droite.

Pour vous abonner et recevoir les articles inspirants du blog et la news qui réfléchit notre vie

c'est le bouton rose à gauche

À bientôt

Clem

#acoupdelles #portrait #femme #nature #naturopathie #tao #Héroïnesduquotidien

© 2016 by acoupdelles. crée joyeusement avec Wix.com

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - Cercle blanc
  • Pinterest - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc