Une pincée meurtrière au goût de sucre



Vaurien, meurtrier, bad boy, empoisonneur

Quelques qualificatifs pour nommer l'un de nos aliments favoris: Le Sucre

Le but de cet article n'est pas d'interdire cet aliment mais d'informer sur les dégâts

provoqués par sa consommation excessive.

Mangeons du sucre si nous le souhaitons ou si nous en éprouvons le besoin

et faisons-le en connaissance de cause.

Une addiction qui remonte à l'enfance

Le sucre est montré du doigt, voué à la vindicte générale.


On l'accuse d'être "l'objet à la mode"de tous nos maux.

Pourtant sucre et sucreries sont symboles de douceur, de plaisir.

Nous commençons à l'aimer très petit, dès que nous avons connu le goût du lait maternel.

Et notre cerveau s'en souvient.

Il le considère comme l'aliment réconfortant par excellence.

Comme toute nourriture, le sucre est perçu comme une récompense naturelle.

Nous éprouvons une sensation agréable et notre corps en redemande.

Lorsque nous supprimons notre dose habituelle, nous sommes en proie au manque

pouvant conduire à un comportement déraisonnable et impulsif.

Il y en a partout

Tous les aliments transformés que nous consommons de plus en plus en contiennent.

Le sucre ajouté permet la conservation des plats préparés sucrés et salés.

Il renforce leur saveur et crée cette addiction dont nous allons parler.

Nous n'avons jamais mangé autant de sucre.

Les régimes pauvres en graisses mènent eux aussi à une consommation encore plus importante.

- Les aliments allégés en matières grasses sont enrichis en sucre pour leur donner plus de goût.

De quel sucre parlons-nous?

Nouvel arrivé dans notre alimentation moderne, il a remplacé le sucre des fruits, du miel, de la canne.

Il provient de la betterave à sucre dont la production ne cesse d'augmenter.

Aujourd'hui le sucre représente 25% de nos apports énergétiques.


Pour le maintien d'une bonne santé, on en recommande 5%, nous sommes loin du compte.

Notre consommation est passée de 1 kg à 30 kg en un siècle.

Cela revient à consommer 70 g de sucre en moyenne par jour.

Vérifiez, ça va très vite!

Nombre d'aliments en contiennent, il est parfois bien caché.

Certains annoncent la couleur comme les desserts ou les sodas mais il y a aussi les sauces salades,

le jambon, les chips, toutes les pâtes à pain.

L'alliance salé-sucré très addictive fait des ravages dans tous les "fast food" de la planète.

Les industriels le savent et ajoutent en quantité de cet aliment peu cher qui rend les aliments

plus appétissants tout en masquant leurs imperfections.

La firme Starbucks par exemple a tout compris.

Elle a donné au café un goût de soda. Certaines de ses préparations contiennent la ration

recommandée en sucre de trois jours dans un seul gobelet!

Une addiction qui tue à petit feu, aussi virulente que la cigarette ou l'alcool

La consommation régulière de sucre provoque un besoin de sucre encore plus grand.

Notre cerveau s'y accoutume et s'empoisonne sans réagir.

Les maladies liées à l'addiction au sucre sont en constante augmentation: diabète, obésité,

maladies cardiovasculaires, cancers.

Notre foie et notre peau en sont les premières victimes

Le sucre dérègle les systèmes hormonaux qui contrôlent la satiété.

Du coup, on mange plus!

Il génère des maladies métaboliques chroniques.

Notre tonus diminue et on assimile mal.

Le fructose caramélise, hum c'est bon sur un gâteau de riz mais il caramélise aussi à l'intérieur

de notre corps.

Il endommage les cellules à commencer par celles de la peau.


Il en détruit le collagène et accentue les marques visibles du vieillissement en favorisant le relâchement

cutané et en creusant les rides.

Le botox n'a qu'à bien se tenir, il ne fait pas le poids!

Et les actrices qui gardent une apparence jeune ne s'y trompent pas, elles ne consomment pas de sucre!

Aussi fort que l'alcool, le sucre attaque notre foie et provoque les mêmes maladies.

Notre filtre à toxines le métabolise sous forme de graisse en activant une enzyme provoquant

une inflammation hépatique.

Le foie engraisse, peut développer une fibrose, puis une cirrhose pouvant mener au cancer.

Le cerveau et l'intestin aussi

On dit que le sucre est l'aliment du cerveau, c'est vrai!

C'est son carburant.

Notre cerveau consomme 40% des glucides apportés par notre alimentation.

Mais lorsque son apport est massif, il régresse.

Notre comportement se modifie, nous pouvons devenir plus agressif, plus violent, voire dangereux.

Vous souffrez d'un déséquilibre intestinal? Revoyez votre consommation de sucre.

Il perturbe, à fortes doses, la flore digestive et fragilise la barrière intestinale.

Il provoque une inflammation chronique. Tout notre système nerveux est irrité.

Les maladies de Parkinson et d'Alzheimer nous guettent.

Un voleur de vitamines

Pour être absorbé, le sucre a besoin de vitamine B1 entre autres.

C'est la vitamine du système nerveux.

Lorsque les sucres sont d'origine naturelle, ils en contiennent et nous les absorbons sans dommage

pour notre organisme.

Lorsqu'ils en sont privés, notre corps va puiser dans ses réserves et s'appauvrit au fil du temps.

Cela provoque des états nerveux, dépressifs, instables qui touchent les adultes comme les enfants.

Dans les écoles on assiste à une baisse d'attention des élèves qualifiés d'enfants sont zappeurs.

On les trouve turbulents, hyperactifs, nerveux et manquant de sommeil.


Et si nous allions voir du côté des goûters?

Une expérience a été menée avec succès dans une école danoise.

On a proposé aux écoliers rencontrant des problèmes de comportement de changer

leur petit déjeuner.

Chips, sucreries, coca et sodas ont été remplacés par des aliments contenant des sucres naturels:

céréales complètes, fruits secs...Leur comportement s'est amélioré progressivement.

Différents profils pour les addicts au sucre: Quel est le vôtre?

- Le profil émotionnel

C'est celui des personnes qui en consomment en excès, de manière compulsive voire boulimique.

Le sucre représente une sorte de compensation apaisante et réconfortante.

Une situation stressante, un événement chargé émotionnellement perturbe l'équilibre du cerveau.

Ce dernier ordonne la production d'une hormone. Pour être secrétée, elle a besoin de sucre.

Un besoin incontrôlable de sucre est ressenti et sa consommation monte en flèche.

- Le profil hormonal

Quelques jours avant leurs règles ou au cours de la ménopause, les femmes ressentent une forte

envie de sucre. Encore ces sacrées hormones!

La production de progestérone est en chute libre et entraîne une baisse de glycémie.

Apparaît dans notre cerveau le message: "Alerte rouge, besoin de sucre immédiat!"

Dans le cadre de la ménopause, elle s'accompagne d'une baisse de moral ayant pour conséquence

des pulsions le plus souvent sucrées, voire des crises de boulimie.

- Le profil digestif

C'est le profil des personnes qui consomment du sucre par plaisir.

Elles aiment tous les sucres, les naturels comme les chimiques: des fruits frais aux bonbons chimiques,

tout y passe.

Ces excès entraînent des dysfonctionnements de la flore intestinale: troubles du transit, ballonnements,

spasmes.

Comment procéder pour limiter les dégâts?

Des pistes, des solutions vous sont proposés dans le prochain article du blog acoupdelles.

- Quels sucres devons-nous choisir pour rester en bonne santé?

Vous trouverez également des stratégies à adopter selon votre profil d'addiction au sucre

À votre santé!

Merci pour le partage de cet article du blog acoupdelles concocté pour vous avec Amour.

Aimez, partagez, commentez à l'aide du bouton rose à droite.

Pour recevoir les articles du blog et la news qui réfléchit notre vie

Pensez à vous abonner, c'est le bouton rose à gauche

À bientôt

Clem

#sucre #acoupdelles #addictionausucre #régime #fructose #alimentation #starbucks #Conseilsforme

© 2016 by acoupdelles. crée joyeusement avec Wix.com

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - Cercle blanc
  • Pinterest - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc