Je choisis une alimentation sans gluten et sans lait par acoupdelles



Comme la majorité d'entre vous, je n'étais ni malade, ni vraiment allergique.

Ce n'était pas non plus la super forme.

Je souffrais d'une digestion lente et pénible, de fréquents maux de tête.

Les années passant, les articulations donnaient des signes de faiblesse.

Rien de grave et pourtant...

Un pique-nique met la puce à l'oreille

Les auberges espagnoles sont toujours agréables, on y déguste des plats revisités et variés.

Chacune est fière de montrer ses talents culinaires.

Sur une nappe à carreaux, j'ai déposé la tarte aux légumes préparée par mes soins.

Mon assiette emplie d'un échantillon de chacune de ces merveilles, je me suis assise à côté de Nicole,

petite femme blonde d'une soixantaine d'années respirant la joie de vivre.



Dans son assiette, quelques fruits et des mets soigneusement choisis parmi les plats qu'elle a apportés.

Je m'en étonnais. Comment pouvait-elle résister à ces tentations colorées et odorantes?

Elle me raconta son histoire :

- J'étais une femme allant tranquillement sur son déclin.

Percluse de douleurs, je me déplaçais avec peine et me gavais de comprimés qui ne me soulageaient

guère. J'ai eu la chance de rencontrer un nutritionniste en avance sur son temps.

Il m'a conseillé de supprimer le gluten et le lait de mon alimentation.

À la fin de la journée, je regardais Nicole partir à moto qu'elle enfourchait avec souplesse.

Premières recherches

À peine rentrée, je me précipitais sur mon ordi : gluten... voyons.

Je ne voyais que des aliments que j'aimais : les pâtes, le pain, les pâtisseries et les crêpes...

Impossible de s'en priver ! Et les laitages ? NON pas le fromage !


Il ne m'a pas été difficile de supprimer les yaourts, les fromages blancs et autres préparations lactées.

Je ne les affectionnais guère.

Pour le fromage, c'était une autre paire de manches.

Je décidais de passer par la case fromages de chèvre et de brebis.

Mon état s'améliorait, un peu, trop peu.

J'oubliais Nicole, sa blondeur et sa moto.

Une rencontre décisive

Quelques mois plus tard, je séjournais à la Réunion où je pratiquais un de mes sports favoris : la plongée.

Sur le bateau qui nous ramenait d'une magnifique immersion, Jean-Yves offrit des crêpes à la ronde en

guise de goûter. " À la farine de riz et au lait d'amande " précise-t-il.

Un régal... Il nous raconta son parcours

À 55 ans, Jean-Yves était handicapé par une maladie intestinale qui l'affectait au niveau respiratoire.

Atteint d'une importante sécheresse oculaire et nasale, ses nuits étaient inconfortables et courtes.

Des acouphènes incessants brouillaient son audition.

En dépit de nombreuses hospitalisations, il ne remarquait aucun soulagement.

Il allait de plus en plus de mal et ne pouvait plus supporter les multiples traitements.

Son moral était au plus bas.

Une amie lui conseilla de lire l'ouvrage du Docteur Seignalet.

" Ça m'a sauvé la vie !

En suivant ses indications, en quelques semaines, j'étais sur la voie de la guérison.

La sécheresse oculaire et nasale disparue, j'ai retrouvé un sommeil réparateur.

J'ai perdu du poids et les problèmes digestifs qui m'handicapaient n'existent plus.



Pourquoi pas moi, pourquoi pas VOUS ?

Deux exemples en si peu de temps, c'était un signe.

C'était décidé, je m'y mise.

J'en avais assez des ces douleurs qui voyageaient allègrement dans tout le corps.

Mes yeux étaient secs à mon réveil. J'avais souvent mal à la tête et la sinusite était ma fidèle compagne.

Cette fois, pas de demi mesure.

J'ai supprimé le gluten et TOUT le lait pendant 4 semaines.

J'ai achèté le livre de Jean Seignalet *: " L'alimentation ou la troisième médecine ".

Un investissement pour un sacré pavé à lire !

Des débuts tristes et déroutants

Au début, c'était dur. C'est ce qui rebute la plupart d'entre nous.

Je ne savais plus quoi manger.

Je me rabattais sur du riz, des pommes de terre pour accompagner mes légumes.

Pour agrémenter le tout, bye bye crèmes et autres sauces à base de farine et de lait.

Je testais les galettes de riz ou de maïs, elles ne font pas vraiment grimper aux rideaux.

Quant aux desserts, les salades de fruits, les compotes, je finissais par me lasser.

Je rêvais de pizzas, de cakes, de tartes et de gâteaux au chocolat !

Des résultats encourageants

Heureusement les résultats étaient bien réels et ça me motive !

Plus de lenteurs digestives, les maux de ventre ont disparu.

Mon teint était plus clair, ma peau plus belle.

Et surtout ma tête était légère : fini la sinusite.



J'ai retrouvé une belle énergie dès le réveil et je récupère plus vite après un effort physique.

JE REVIS

J'ai entrepris de comprendre ce qui se passe et surtout comment TENIR sur le long terme.

Pour ce dernier, une seule solution CUISINER AUTREMENT.

Comprendre ce qui se passe

1- Avec le temps, notre pouvoir digestif diminue.

Les aliments que nous ingérions aisément deviennent de véritables pavés intestinaux.

Ils nous empoisonnent petit à petit et nous nous affaiblissons.

2- Les aliments que nous consommons sont de mauvaise qualité, ils n'ont plus le même pouvoir

nutritionnel qu'auparavant.

Le lait de vache que nous buvions provenait du même animal d'une même région.

Aujourd'hui nous consommons un mixte de lait passé en usine qui a perdu toutes ses qualités

nutritionnelles naturelles.

Pour compenser cette perte, on lui adjoint des vitamines, et autres additifs qui surchargent encore plus

notre système digestif et va à l'encontre du résultat souhaité.

3- Les blés étaient plus hauts, leurs grains moins gros contenaient moins de gluten.

Ils étaient plus riches en fibres, en vitamines, en sels minéraux.

Nous sommes les victimes de la malbouffe sans passer par les fastfood.

Même si nous cherchons des aliments de bonne qualité, ils restent encore trop pauvres en nutriments

pour satisfaire notre besoin d'équilibre.



Tous sensibles au gluten... ou presque

Le gluten, c'est de la colle! C'est un ensemble de protéines qui s'agglutinent lorsqu'on ajoute de l'eau.

Imaginez cette colle dans votre estomac, sur les parois de vos intestins.

C'est ELLE qui crée tous ces dommages.

On en trouve partout !

Les industriels de l'agro-alimentaire ajoutent dans toutes leurs préparations cet épaississant bon marché : sauces, plats préparés...

Nous représentons un tiers de la population à être sensible au gluten sans pour autant y être intolérant.

Aucun diagnostic n'est fait et nous n'en avons nul besoin.

Les désagréments ressentis au quotidien sont des signes d'alerte.

L'âge attaque pensez-vous ? C'est normal !

Fatigue prolongée, anémie, carence en vitamine B9 notamment, ostéoporose, atteinte des nefs, aphtes

à répétition sont autant de signes d'intolérance.

Jusqu'à la stérilité non expliquée.

Outre les désordres intestinaux et gastriques, il favorise les crises d'asthme, les problèmes de peau :

acné, eczéma, psoriasis.

Aucun traitement n'existe, seule la suppression totale du gluten peut soulager et faire disparaître ces

problèmes.

Les bébés et les enfants aussi

Après quelques semaines, on introduit du gluten dans l'alimentation des bébés.

Pour certains cela peut provoquer des diarrhées chroniques, des selles trop abondantes, une perte d'appétit.

La prise de poids est ralentie.

Si votre bébé est grognon, s'il manque de tonus, c'est une piste à explorer.

Les enfants révèlent les mêmes symptômes que les adultes : nausées, vomissements, irritabilité, aphtes fréquents, fatigue inexpliquée, douleurs abdominales.




Comment débuter

Il n'y a pas de bon ou de mauvais moment pour vous y mettre.

Le meilleur jour est celui que vous choisissez.

Programmez ce changement en rangeant vos placards.

- Triez avec soin pour conservez ceux qui ne contiennent pas de gluten.

Il en restera peu.

À vider : la sauce de soja, les aliments panés, certains bouillons cubes, les glaces,

les pâtisseries, les soupes toutes prêtes, les charcuteries. Tous ces aliments en contiennent.

- Commencez par remplacer ce qui vous paraît le plus facile.

Si vous aimez les pâtes par exemple, il en existe aux lentilles, au riz , au maïs.

Les marques Barilla et Panzani se sont lancés sur le marché.

Faciles à trouver, ils comportent la mention " Senza glutine ".

- Apprenez à lire les étiquettes : partez à la chasse au sirop de blé, au lait ajoutés aux préparations.

- Demandez conseil à une personne qui a entrepris cette démarche (je suis à votre écoute).

- Tenez un journal de bord, notez vos progrès, les améliorations de santé, les astuces que vous glanerez

ici et là.

- Restez motivé.es et focus sur les résultats observés et à venir.

Les quatre bonnes habitudes à adopter

1- Choisissez une alimentation saine qui élimine autant que possible les plats préparés

2- Gardez dans votre placard 4 farines de base : riz, sarrasin, maïs et pois chiches

3- Élisez quelques recettes pour démarrer naturellement sans gluten comme les plats

de cuisine indienne ou asiatique par exemple.

4- Gardez le plaisir de la table, ne cessez pas de cuisiner.

Attention

Certains commerçants ne savent pas très bien où se trouve le gluten.

Pensant bien faire, un boulanger peut vous proposer du pain de seigle par exemple.

Le seigle contient du gluten tout autant que le blé, par contre il n'y en a pas dans le sarrasin.

Dans l'article " Recettes et astuces acoupdelles pour vivre sans gluten et sans lait " vous disposez d'une liste utile pour vous y retrouver, des recettes, des astuces pour cuisiner en vous régalant.

Des livres, des adresses de site pour aller plus loin.


Ce n'est qu'un début

J'ai revu Jean-Yves l'année suivante;

Il avait encore rajeuni, aussi dynamique et vaillant au cours des randonnées réunionnaises que tous les jeunes participants.

Je me sens plus performante, plus endurante.

Mes crises de sinusite ont quasiment disparu.

Mon alimentation actuelle me satisfait pleinement.

Au restaurant, je sélectionne les aliments qui me font plaisir et sans sentiment de frustration je choisis ceux qui me conviennent.

Lorsque je voyage, je suis éco responsable, je ne réclame ni pain, ni laitage.

Je mange volontiers local.

Quand je suis invitée, je préviens lorsque cela est possible : Je suis intolérante au gluten et au lait.

Vous commencez quand ?

* Jean Seiganlet : né en 1936 et décédé en 2003. Chirurgien et chercheur français.

Auteur de plusieurs ouvrages sur l'alimentation.

Recevez cet article directement dans votre boîte mail en vous abonnant

au blog acoupdelles, c'est bouton rose à gauche.

Vous recevrez également la news qui réfléchit notre vie.

Pour tous les conseils laissez votre message, c'est le bouton rose à droite.

Merci, Merci, Merci

Avec Amour

À bientôt

Clem

#alimentationsansgluten #sansglutenetsanslait #acoupdelles #blogbienetre #jeanseignalet #latroisiememedecine #intolerancealimentaire

© 2016 by acoupdelles. crée joyeusement avec Wix.com

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - Cercle blanc
  • Pinterest - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc