Jeanne poète écrivaine engagée par acoupdelles



"Méfiez-vous des livres qu'on ouvre

Un livre est plus qu'on ne pense." Mary Poppins

Pour écrire cet article, il m'a fallu partir à la recherche de Jeanne dans la bibliothèque éparpillée de ma maison.

Je me suis rendue compte que ses livres sont minces et qu' ils se cachent discrètement entre les mastodontes

de la littérature.

Et pourtant...Les livres de Jeanne sont intenses et laissent des traces émouvantes indélébiles.

Comme ses livres, Jeanne est une femme discrète, calme, posée et terriblement décidée à faire entendre

sa voix poétique.

Mon coup de cœur

"Pas assez pour faire une femme"


Un roman court, comme je les aime, dense, pudique et sensuel.

Nous voici propulsées dans les années 70 après le tsunami mai 68.

Les femmes commencent à donner de la voix, exigent, réclament et obtiennent une part d'indépendance.

Un bouleversement qui fait encore trembler nos murs.

L'héroïne

Judith, c'est vous, c'est moi. Une jeune femme à peine sortie de l'adolescence.

Elle tombe amoureuse, très vite, très fort.

Judith découvre la liberté, hors du cocon familial à la morale stricte appliquée aux filles de sa génération.

Le ménage, formation obligatoire, fleuron de la condition féminine la rebute.

Elle lui préfère les livres, les débats politiques, les ébats amoureux.

Par amour sur un air de Janis*


Alain, de trois ans son aîné, est un brillant orateur. Il est auréolé de son passage en mai 68.

Il est là, intense, présent et lui fait prendre conscience de son corps.

"J'ai grandi seule. Dans ma tête. J'ai oublié mon corps."

Elle pense, elle écrit, elle parle... et fort bien.

Son moteur, l'Amour, la fait entrer de plein pied dans le monde de la littérature:

"Nous sommes tous deux devant les livres et nous cherchons notre liberté. Ensemble.

Il y a dans la vie des moments où tout se rassemble à l'intérieur.

On est entier comme jamais."

En politique, elle franchit les obstacles venus de l'enfance et parle devant la foule assemblée.

Elle se révèle une brillante oratrice percutante et passionnée.

Elle n'a de cesse de "déplacer des montagnes à l'intérieur de soi."

Des instants exaltés sur un air de Janis Joplin.

* Cliquez sur la photo de Janis et faîtes jouer un air de Joplin, style country

"Me and Bobby Mc Gee"

Affronter ses peurs et comprendre

"J'aime les petites peurs. Les petites peurs ça aide à remiser les grandes."

Pour grandir, il lui faut comprendre sa mère voleuse de poulets pour comprendre toutes les femmes.

Pour s'épanouir, il lui faut affronter l'autorité paternelle:


"J'étais rivée à ma chaise. Par quoi? C'est ça l'autorité paternelle? Eh bien, il pouvait être content.

Il avait fait de moi une pierre. Une pierre incandescente à l'intérieur."

Pour rayonner il faut se battre pour ses droits:

"Le monde on a le droit de le réfléchir, le droit et même le devoir de désirer qu'il soit plus juste."

Un peu de son histoire

Jeanne est née le 12 juillet 1952, en Algérie.

Les conditions de vie se dégradent, la vie des membres de la famille est menacée.

C'est le départ pour l'exil en France, Jeanne a 5 ans.

Le père algérien, la mère italienne, quatre filles et un garçon s'installent à la Rochelle.

Jeanne apprend le froid, le gris, les pulls et la vie enfermée à l'intérieur des maisons.


Après de brillantes études, Jeanne devient professeure de lettres.

Entrée en écriture

Elle écrit en français et tire son inspiration de sa triple origine algérienne, italienne et française.

L'écriture est son arme, sa force.

Comme les personnages de ses romans, elle connaît une éducation limitante: celle qui est réservée aux

filles de la maison, porteuses de la tradition familiale.

Elle commence par des poésies, nous sommes en 1987.

Une première parution, "Naissance de l'oubli".

Elle ne s'arrête plus.

Elle obtient le prix Unicef en 2001 pour son roman "Les demeurées", mon premier coup de cœur

que vous pouvez retrouver dans l'article du blog acoupdelles: La tempête d'émotions de Jeanne

"Les mains libres" paraît en 2004: un roman sur la rencontre. Deux parias vont tisser des liens intenses.

"Présent?" paru en 2006 se déroule dans le monde scolaire. Il nous mène au cœur du questionnement

de l'enseignant en banlieue.

"Le Ramadan de la parole", un petit livre paru aux éditions Actes Sud Junior en 2007.

Il nous mène vers la libération de la parole et du corps/

À bas corset et bas de soie, adieu pieds bandés à la japonaise.

Imprimé en gros caractères, il favorise la lecture à voix haute.

Elle rencontre un large public avec "Les insurrections singulières" en 2011.

Le petit dernier vient d'arriver, je ne l'ai pas encore lu.

Lutte et rébellion à l'usine, je vais suivre avec passion les aventures d'Antoine.


Aujourd'hui, Jeanne se consacre à l'écriture et mène des ateliers.

Elle est actuellement directrice aux éditions Thierry Magnier et chez Actes Sud-Junior.

* Retrouvez également "Gisèle féministe et avocate irréductible"

Une autre femme à découvrir, engagée elle aussi pour la défense de nos droits.

Autobiographie

Je ne vous dévoilerai pas plus de Jeanne.

Je vous invite à la découvrir dans son roman autobiographique:

"Ça t'apprendra à vivre". De l'émotion à chaque page. Un roman incisif d'une force et d'une

délicatesse incroyables.

Des questionnements avant l'exil:

"Est-ce que nous serons toujours des à moitié, des demi? Quand serons-nous entiers?"

"mais on a peur de quoi, toujours, dans cette famille? De quoi? Pourquoi on part?

Je m'arrête là ou je recopie chaque phrase, chaque mot tant ils font mouche.

Jeanne est une séductrice, elle séduit ses amies par ses contes, elle séduit sa mère par ses mots.

Ce roman a été porté à la scène en 2006 par la compagnie: "La Poursuite".

Une merveille que je vous conseille chaleureusement.


Lisez les romans de Jeanne Benameur, toutes catégories confondues

Ne faîtes pas la différence entre ses livres pour la jeunesse et ses romans.

Ils portent tous en eux le thème de la femme jeune ou moins jeune dépassant les limites imposées

par notre société.

Ne vous fiez pas non plus à la sélection faite par les éditeurs.

Tous ses ouvrages ouvrent les portes de l'esprit en beauté.

Jeanne nous y encourage:

"On ne passe pas d'un texte à l'autre, c'est un maillage...Des rencontres sont les déclencheurs."

"La reconnaissance ça compte pour chaque être humain."

Vivre en poésie

C'est un choix, c'est une ligne de conduite.

C'est le refus du médiocre, du laid.

Vivre en poésie permet d'emplir son cœur de joie et son âme de beauté.

Lire un roman de Jeanne Benameur c'est faire ce choix.

Merci pour le partage de cet article du blog acoupdelles concocté pour vous avec Amour.

Je vous invite à commenter, partager, aimer, à l'aide du bouton rose à droite

Pour recevoir les articles du blog et la news qui réfléchit notre vie

Pensez à l'abonnement, c'est le bouton rose à gauche

À bientôt

Clem

#jeannebenameur #lesdemeurees #actessud #editionsthierrymagnier #coupdecoeur #blogacoupdelles #janisjoplin #livresdejeunesse #giselehalimi

© 2016 by acoupdelles. crée joyeusement avec Wix.com

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - Cercle blanc
  • Pinterest - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc